Site “Poésies de mon coeur”

À Anna de Noailles, poétesse (1876-1933)

Respectueusement.

Anna de Brancovan, comtesse de Noailles,
Vous avez dit l’amour, la vie, la mort indue…
Je vous ai lue souvent ; s’il faut, vaille que vaille,
Que je m’exile un jour sur une île perdue,
Je prendrai avec moi mon âme véritable,
Bien sûr j’emporterai ma plume et du papier
Et le cœur en émoi et le cœur innombrable
Ainsi je partirai (que devrai-je expier ?),
L’ombre des jours sera ma compagne fidèle
Mais à l’ombre aisément, comme l’aube à la nuit,
Succèdent, apparat de promesses nouvelles,
Les éblouissements des soleils reconstruits :
[. . .]

Voir la suite de ce poème

Anna de Noailles (collection Claude Mignot-Ogliastri)